À gauche de ce site : billets de blog. À droite, toujours visible : menu du site ainsi qu"images-liens. Prophètes, messages présentés. Bonne rencontre avec le Ciel, que le Seigneur vous guide

Billet mis à jour le 25 juillet 2013

Bonjour à tous, une neuvaine prise sur un autre site et qui correspond aussi à la Fête à Dieu le Père lors de notre consécration personnelle à lui.

Pour se rappeler cette consécration si précieuse, voici 2 liens qui contient des informations sur cette belle fête, si les liens ne marchent pas, on fait control plus clic et ils s’ouvrent dans une autre fenêtre

 

Audios et autres méditations, litanies, images 1 …

Audios et autres méditations, litanies, images 2…

Voici la neuvaine :

Cette date du jour de Sa Fête a été fixée par notre PÈRE lui-même et précisée dans le long message communiqué à Mère Eugénie Ravasio de 1931 à1932.

Premier jour

Tu n’es qu’amour :« Voyez comme il est grand, l’amour dont le Père nous a comblés » (1 Jn 3, 1).

Père, que c’est merveilleux ! Avec toi, tout est si simple. Je peux venir à toi comme un enfant. Je peux tout te demander, et tu me donnes tout ce dont j’ai besoin. Je peux te dire mes joies et mes peines. Tu m’écoutes, tu me prends au sérieux, tu me comprends. Jamais tu ne te lasses de moi. Jamais tu ne te détournes de moi. A tout moment, tu es entièrement disponible. Tu ne regardes ni mes avoirs, ni mon savoir, ni mes capacités. Tu m’acceptes tel que je suis.

Tu ne regardes pas mes fautes et tu ne me condamnes pas. Tu me pardonnes tout et tu ne me gardes pas rancune. Tu me prends tel que je suis maintenant, et non pas tel que j’ai été. Tu me donnes toujours la chance de repartir à zéro. Je n’ai rien à craindre de ta part. Tu es le Père de tous. Chacun peut venir à toi, personne n’est exclu.

Tu aimes chacun d’un même amour, quel qu’il soit. Tu l’aimes comme tu aimes ton propre Fils ! Père, c’est inouï, c’est incroyable ! Pourtant, c’est la vérité. Jésus en est témoin: Tu n’es qu’amour, amour infini.

Notre Père qui es aux cieux, Que ton nom soit sanctifié, Que ton règne vienne, Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien, Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous soumets pas à la tentation, Mais délivre-nous du malin.
Car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour les siècles des siècles. Amen.

Deuxième jour

Le don le plus grand :« Si donc vous, qui êtes mauvais, savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent » (Lc 11, 13)

Père, tu es le pourvoyeur de tous les dons. Plus un don est grand et précieux, plus tu es empressé de nous le donner.

C’est pourquoi, Père très bon, je viens aujourd’hui te demander le don le meilleur. Je viens te demander l’amour, je viens te demander l’Esprit Saint. Père, j’ai tellement besoin de l’Esprit Saint ! Je voudrais avoir la joie de vivre et ne pas être angoissé par la mort. Je voudrais rester jeune d’esprit, toujours apprendre, découvrir de nouveaux horizons. Je veux devenir généreux, compatissant, serviable. Je désire être libéré de tout ce qui me pèse, m’entrave, m’enchaîne. J’aimerais vaincre ma tiédeur, ma paresse, mon anxiété, mon découragement et ma tristesse. J’ai besoin de force pour souffrir, pour pardonner, pour prendre un nouveau départ. Je voudrais devenir un homme nouveau et contribuer tant soit peu à ce que le monde devienne un peu plus humain.

C’est toi qui as mis ces désirs dans notre coeur. Ta joie, c’est de les exaucer en nous donnant l’Esprit Saint. Envoie ton Esprit qui fait de nous tes enfants, qui sanctifie ton Nom en criant en nous : Abba, Père bienaimé ! Fais que je ne cesse d’appeler l’Esprit Saint en redisant souvent : Veni, Sancte Spiritus, « Viens, Esprit Saint ! »

Notre Père…

Troisième jour

Ton dessein grandiose : « Il nous a d’avance destinés à devenir pour lui des fils par Jésus-Christ » (Eph 1, 5)

Père bien-aimé, depuis toute éternité, tu as pensé à nous. Ton coeur paternel chérissait un plan grandiose : Tu voulais te susciter des enfants pour les aimer en ton Fils et comme ton Fils. Avec un saint enthousiasme, tu as créé l’univers dans ce but. Tu voulais constituer une seule et grande famille dans laquelle tous seraient fraternellement unis par l’amour du Christ. Cette communauté d’amour, c’est ton Eglise : tout en elle est fondé sur l’amour. C’est pourquoi tout en elle doit se faire par amour, avec amour et pour l’amour.

Quel rêve ! Une communauté qui ne connaisse que l’amour et qui accueille tous sans discrimination. Père, ce rêve doit devenir réalité ! Je veux commencer là où je me trouve : fais que j’accueille le prochain comme celui que Jésus veut aimer par moi. Rends-moi patient, compréhensif, généreux. Donne-moi assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à moi-même et m’abstenir de critiquer sans amour. Que mon esprit ne retienne que les pensées servant l’amour et l’unité et que je sois partout artisan de paix.

Père, fais que l’Eglise devienne de plus en plus une communauté d’amour à l’image de la Très Sainte Trinité.

Notre Père…

Quatrième jour

Seul l’amour compte :« S’il me manque l ‘amour je ne suis rien » (1Co 13, 2)

Père, ta volonté est amour, car tu es l’amour, amour sans conditions et sans limites; tu n’es qu’amour. Père, tu es l’origine de tout amour. Remplis mon cœur d’amour, de bonté, de miséricorde et fais-les rejaillir sur chacun de mes semblables. C’est dans le prochain que tu veux être aimé. Je ne suis pas plus proche de toi que je ne le suis de mon voisin, voire de mon plus grand ennemi. Aide-moi à aimer comme je veux être aimé moi-même. Accorde-moi la force de rendre le mal par le bien.

Donne-moi de m’aimer aussi moi-même, avec tous mes défauts, faiblesses et limites – comme toi-même tu m’aimes. Fais-moi considérer toute chose comme une occasion d’aimer et fais-moi répondre à tout par l’amour : à ce qui est sombre et incompréhensible, par la foi et la confiance, à la maladie et à la détresse, par une aide efficace et la compassion, à la haine et à la méchanceté, par la bonté et le pardon, à l’injustice et à l’oppression, par un engagement courageux pour la justice et la liberté. Seul l’amour compte. L’amour est le sens de ma vie. L’amour est ma vocation.C’est pourquoi je ne te demande qu’une chose : l’amour, toujours plus d’amour.

Notre Père…

Cinquième jour 

Tu prends soin de nous : « Votre Père sait de quoi vous avez besoin » (Mt 6, 32)

Père, je ne sais pas ce que l’avenir me réservera. Trouverai-je toujours du travail ? Comment sera ma santé ? Quelle sera l’Eglise demain ? Où va la société ? Le monde ? Tu ne veux pas que nous nous fassions du souci, car tu prends soin de nous. En effet, n’es-tu pas notre Père ? Et ne sommes-nous pas tes enfants ? Un enfant ne peut subvenir à ses besoins. Il ne peut gagner sa vie. Il a besoin que quelqu’un l’aide. Père, que serais-je sans toi ? Qu’ai-je que je n’aie pas reçu ? C’est à toi, Père très bon, que je dois tout. Toi seul connais l’avenir. Tu sais tout, tu peux tout, et tu m’aimes. C’est pourquoi, près de toi, je suis en totale sécurité. Père, je confie tout à ta divine providence. Tu ordonnes tout pour mon mieux.

Je crois en ton amour. Je crois que tu assistes toujours ton Eglise par ton Esprit et que, par ses pasteurs, tu nous guides sur de bons pâturages. Tu aimes notre terre, c’est pourquoi je suis sûr que tu garantis toujours un avenir à l’humanité. Père, je te fais entièrement confiance. Je ne désire qu’une chose: répondre à ton amour par un amour plein de reconnaissance et te réjouir par ma confiance. Tout pour ta plus grande joie !

Notre Père…

Sixième jour

Pardonne-moi : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 24)

Père, j’ai manqué à l’amour. J’ai manqué de respect pour les autres, de générosité, de reconnaissance… Je sais que pour toi nos fautes ne sont pas des fautes de « lèse-majesté ». Ce qui te blesse, c’est le fait que par nos manquements à l’amour nous agissons contre notre propre bien. Pour toi, ce qui compte, ce n’est pas ton honneur, mais uniquement le bonheur de tes enfants. Père, combien je regrette de ne pas avoir écouté l’appel de ton amour !

Cependant, je ne peux demander ton pardon si moi-même je ne suis pas prêt à pardonner. Mais mes sentiments négatifs sont toujours là… Père, je sais que tu ne regardes pas nos sentiments, mais notre volonté. Si j’ai la volonté sincère de pardonner, j’ai pardonné. Père, je veux pardonner à tous ceux qui m’ont fait du mal et prier pour eux. Pardonne-moi aussi. Ta joie, c’est de pardonner.

Père, préserve-moi de juger les autres, de leur faire des reproches, d’être implacable, rancunier. Que je n’oublie jamais que Jésus a excusé même ceux qui l’ont crucifié. Père, je te remercie de ton amour et je loue ta miséricorde infinie.

Notre Père…

Septième jour

Malgré la souffrance, croire à ton amour : « Car nos épreuves du moment présent sont légères par rapport au poids extraordinaire de gloire éternelle qu’elles nous préparent » (2 Co 4, 17)

Père, quand il fait sombre dans mon âme, ne me laisse pas croire que tu n’es plus avec moi. Quand je suis frappé d’une maladie ou soumis à une épreuve, ne me laisse pas croire que tu veux me punir. Quand je suis tombé dans le péché ou que j’ai commis une faute grave, ne me laisse pas croire que tu m’en veux et que tu ne m’aimes plus. N’est-ce pas justement à ces moments-là que tu m’es particulièrement proche ? Quand je me sens inutile et incapable, ne me laisse pas croire que je ne compte plus pour toi. En effet, qu’est-ce qui est plus grand: travailler, réaliser des exploits ou accepter sa faiblesse, sa maladie, son incapacité ?
Le plus grand exploit, c’est d’assumer sa souffrance, le plus grand acte, c’est d’aimer. Qu’est-ce que Jésus, cloué sur la croix, a pu faire encore ? Rien qu’aimer et souffrir. Ce n’est pas toi qui as voulu cette atrocité, car tu es l’amour. Mais tu en as tiré le plus grand bien: Vie et salut pour le monde entier ! Victoire sur le péché et la mort ! Gloire éternelle pour tous ceux qui ouvrent leur coeur à l’amour ! Père, je crois que tu es toute-puissance et amour. Tu as tout créé pour le plus grand bien de tes enfants. Tout est occasion d’aimer. Tu peux tirer le bien du mal. C’est entre tes mains que je remets tout. Que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne !

Notre Père…

Huitième jour

Plus près de toi… : « Si je passe au ravin de la mort, je ne crains aucun mal ; car tu es avec moi » (Ps 22/23, 4)

Père, le temps passe, je prends de l’âge, mes forces diminuent, je vais vers la mort… Dois-je m’en attrister? – Non ! Tout instant qui passe me rapproche de toi… Même si l’homme extérieur va vers sa ruine, l’homme intérieur, tu le renouvelles de jour en jour par ton amour. Cet amour ne vieillit pas et ne diminue pas; il est jeunesse éternelle, beauté, force et fraîcheur. C’est pourquoi je peux continuer ma route d’un cœur joyeux et confiant. Je n’ai rien à craindre, car ton amour m’est assuré. De toi non plus, je n’ai rien à craindre. Ta justice ne s’oppose pas à ta bonté. Elle n’est pas une justice vindicative comme l’est souvent la nôtre, mais une justice qui rend juste. Elle ne condamne pas, mais redresse. Elle ne paie pas en retour, mais elle conduit sur le chemin du retour vers toi. Ta justice est ta sainteté. Et la sainteté consiste en l’amour. *

Père, aide-moi à ne m’accrocher à rien, sinon à toi et à n’accorder de l’importance à rien, sinon à l’amour. Fais que je sois toujours plus simple, plus généreux, plus reconnaissant, plus serein jusqu’à cette heure suprême de ma vie où je pourrai t’offrir tout sans réserve et retourner à toi !…
Notre Père…


Neuvième jour 

Joie du ciel : « Rendez grâce à Dieu le Père. Il vous a rendus capables d’avoir part, dans la lumière, à l’héritage du peuple saint » (Col 1, 12)

Notre Père qui es aux cieux, qu’ils sont peu nombreux ceux qui se réjouissent d’aller au ciel !… Le ciel ne semble plus guère intéresser les hommes – ou bien, au fond de leur coeur, s’intéressent-ils à autre chose qu’au ciel ? Tout le monde recherche la paix, la joie, le bonheur. Père, tu nous as créés pour la joie car tu es l’amour. L’amour veut faire plaisir. Qu’est-ce qu’un père peut souhaiter de meilleur que de voir ses enfants heureux ? Dans la joie, tu nous ouvres ton coeur. La jouissance des biens de cette terre nous fait goûter qui tu es : bonté, infinie bonté… Le ciel a déjà commencé ! Toutes les joies que tu nous donnes ici-bas sont un avant-goût du ciel. Tous tes commandements sont des poteaux indicateurs pour le ciel.

Dès à présent, nous pouvons répandre autour de nous un « petit ciel » par notre amabilité et notre bonté, nous pouvons nous réjouir de la Très Sainte Trinité et de toutes les créatures et chanter les louanges de ta gloire. Oh ! Comme ce sera beau un jour dans le ciel ! Tu essuieras toute larme de nos yeux. Il n’y aura plus de mal. La mort n’existera plus. Une seule chose remplira notre cœur et le comblera de bonheur : l’amour…

Louange à toi, Père très bon, qui as fait de nous tes enfants. Louange à ton Fils, joie du monde, en qui tu nous révèles ton vrai visage. Louange à l’Esprit, jubilation de l’amour, dans lequel nous pouvons crier : Abba, Père bien-aimé !

Notre Père…

Sylvie qui se veut amie de Jésus

https://lecielappellelaterreouioui.wordpress.com

http://sylvieamiedejesus.wordpress.com


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :